Je connais la douleur acide du manque, le goût métallique de la trahison, l'angoisse déraisonnée à l'idée de perdre l'autre.

Je connais le vertige de l'absence, l'attente insupportable et la jalousie qui rend fou.

Je connais la complémentarité, le dévouement, la plénitude, l'abnégation et l'agréable sensation que tout est enfin en ordre.

Mais comment savoir ce qu'est "aimer" ?